Les jeunes ont la niaque pour entreprendre

Lu dans – Les Echos Entreprendre -- du 04/04/2019, par MALLORY LALANNE

https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/communaute/0601005459140-les-jeunes-ont-la-niaque-pour-entreprendre-328337.php

45 % des jeunes de 16 à 25 ans veulent se lancer dans l'entrepreneuriat. S'ils sont aussi enthousiastes à l'idée de créer leur structure, c'est avant tout pour se sentir plus autonome et s'engager dans un projet qui a du sens.
Faguo , Marlette , Le Slip Français ... Des success-stories qui font rêver les jeunes avec leur esprit dynamique, leur caractère innovant, leur potentiel de croissance. Selon une étude OpinionWay pour Moovjee - CIC - bpifrance, 45 % des étudiants de 16 à 25 ans imaginent créer ou reprendre une entreprise, soit 9 points de plus que la dernière édition de 2017. « L'image de l'entrepreneur a beaucoup évolué, commente Bénédicte Sanson, déléguée générale du Mouvement pour les jeunes et étudiants entrepreneurs (Moovjee). Les jeunes chefs d'entreprise renvoient une image très séduisante, d'entrepreneurs accessibles qui se relèvent les manches pour faire avancer les choses. » Autre élément de motivation, celui de ne plus subir le monde du travail. « Le taux de chômage des jeunes actifs dépasse les 20 %. Les nouvelles générations n'ont pas envie d'attendre qu'on leur laisse la place et l'entrepreneuriat apparaît comme un moyen efficace de se démarquer et de prendre son avenir en main », analyse-t-elle.
Si les étudiants veulent entreprendre, c'est aussi pour rechercher plus de valeur et de sens dans leur vie. La création d'entreprise représente ainsi une forme d'engagement sociétal pour 84 % des sondés. A l'exemple de la start-up Ava, grande gagnante du Prix Moovjee 2018, qui développe un sous-titreur de poche pour les sourds et mal-entendants. Parmi les causes prioritaires pour les étudiants, l'écologie et la lutte contre le réchauffement climatique. D'autres estiment avoir un rôle à jouer sur la question de l'égalité entre les hommes et les femmes, de l'égalité des chances ou encore sur le bien-être au travail. Les femmes plus frileuses. L'entrepreneur est avant tout perçu comme un leader et une personne passionnée (43 %). Les qualités de leadership enregistrent une hausse de 6 points et s'imposent comme la première caractéristique d'un entrepreneur, alors
que le côté gestionnaire du chef d'entreprise chute de 6 points par rapport à 2017 et de 14 points par rapport à 2009. Mais la vision de l'entrepreneur enthousiaste et fonceur est surtout partagée par les hommes, les femmes se montrant plus mesurées : si l'entrepreneur reste pour elles un passionné (49 %), c'est aussi un preneur de risques (46 % contre 39 % pour les
hommes). « Pour plus de la moitié d'entre elles, l'entrepreneuriat est associé àla prise de responsabilités et à l'autonomie. Elles semblent surtout vouloir travailler en groupe et en équipe », relève Bénédicte Sanson. Les femmes (95 %) sont ainsi plus nombreuses que les hommes (88 %) à estimer que la création d'entreprise reste difficile et elles envisagent moins l'entrepreneuriat comme une piste professionnelle.

Un effort de sensibilisation.

Parmi les autres freins identifiés par l'étude ressortent les moyens financiers (69 %) et l'expérience (48 %). Sur le terrain, le constat est partagé. « Les subventions, les prêts d'honneur et les microcrédits sont très peu connus des jeunes. Cela ne les
empêche toutefois pas de vouloir se lancer », confie Fanny Duriez, coordinatrice nationale du programme Les Entrep'. DeUn effort de sensibilisation.puis quinze ans, cette association propose à des jeunes issus de cursus différents un programme d'entraînement fictif de 18 semaines à la création d'entreprise. D'autres associations aident les jeunes à révéler leur potentiel : Graines d'Entrepreneurs et 100 000 entrepreneurs font témoigner des chefs d'entreprise dans les collèges, lycées ou des établissements d'enseignement supérieur. Entreprendre pour apprendre permet aux étudiants d'être acteurs de leur projet, tout en étant guidés par un enseignant et un parrain. Autant d'initiatives qui ont l'ambition d'aider la nouvelle génération à assumer leur désir d'entreprendre.
* Méthodologie :
Etude réalisée par l'institut OpinionWay pour Moovjee-CIC-Bpifrance Création auprès d'un échantillon de 1.003 étudiants et lycéens en lycée professionnel, interrogés en ligne entre le 15 et 22 février 2019.